Lettre au Père Noël

Père Noël

Musique « Petit Papa Noël » de Tino Rossi :

[

Cher Père Noël,

Même si tu ne sais qu’utiliser 10% des capacités de ton Iphone 6 + acheté sur Aliexpress, laisse-moi néanmoins espérer que tu sauras, à minima, consulter ton agenda. Dans l’affirmative, tu ne manqueras pas ta tournée mondiale façon U2 prévue dans quelques jours. Parce qu’ici, et sauf à ce que tes lutins se soient tous mis en arrêt en travail à cause des conditions de travail que tu leur imposes en bon tortionnaire barbu que tu es, on est au moins certains que tu as reçu notre lettre (envoyée en AR). Pour mémoire et par sécurité, permets-nous de t’en rappeler l’exhaustive composition :

  • Une montée en 2e division de District pour la A ;
  • Une montée en 3e division de District pour la B.

Ces deux points étant les plus importants, nous n’avions pas omis d’insérer un (*) qui, en bas de page et en police de caractère Times New Roman taille 4, te faisait part d’autres demandes éparses que ta bienveillance voudra bien prendre en compte :

  • A Matthieu Ultsch et Laurent Bourg, tel Yoda, donne-leur la force d’éviter la Cour d’Assises en retenant leur bras tandis qu’ils entendraient se saisir de tout objet situé dans un périmètre de 50 mètres autour des vestiaires, arme par destination qui serait détournée à des fins de meurtre sur « joueur particulièrement tête à claques » ;
  • Fais que ton serviteur continue sur sa lancée, celle hautement improbable d’une absence de blessure musculaire, et ce pour le bien-être d’une Sécurité Sociale qui n’a pas que ça à faire que de rembourser toute la panoplie du parfait préretraité ;
  • En parlant de préretraité, n’oublie pas d’aller récupérer les muscles de Josian au gymnase de Betting. On me souffle de préciser que le 15 décembre dernier, à la suite d’un exercice dûment préparé par un jeune berbère (qui tient aussi bien l’alcool que d’autres sur leurs deux jambes), son corps se serait comme…disloqué. Oui, c’est lui, Bernard Diomède.
  • Tant qu’à faire, pense aussi à Sylvain. Là, t’avoueras que c’est dur de zapper car il demande la même chose tous les ans depuis l’âge de 7 ans et, chaque fois, tu l’oublies, sans doute avec un malin plaisir : mettre au moins un but d’ici la fin de saison. C’est peut-être un détail pour vous, toi et ta Mère Noël, mais pour lui, ça veut dire beaucoup.
  • Ah, important ! Fais que Sandro arrête de se prendre chaque semaine en photo, affalé sur un clic-clac ou dans une voiture, dans des poses lascives la bouche en cul de poule. Tu en conviendras, l’A.S.B., c’est quand même d’un autre niveau que « les Ch’tis vs les Marseillais» et autres attardés du bulbe. Accessoirement, si tu pouvais examiner de plus près une certaine partie de son anatomie parce qu’on a l’impression que c’est elle qui fait que, durant un match, il est par terre 90% du temps. Nous ne voyons pas d’autre explication.
  • Dans la série de ceux qui ont un physique reconnaissable (…), fais que Mohamed arrête de voir des racistes partout dès qu’un adversaire lui met un tampon. Dis-lui aussi qu’il faut comprendre qu’à un repas de Noël, sa dégaine puisse faire peur. Non mais sérieux, où t’as vu que le Père Noël avait une barbe noire taillée comme un sapin renversé et qu’il se tapait le cœur à chaque main tendue d’un enfant ??? Bon, après, tu pourras aussi le remercier de notre part pour les joggings. En même temps, « AMG Décoration », ça ne sonne pas très crédible pour une équipe de foot. On s’attend à avoir débarquer Valérie Damidot à chaque entrainement. Evidemment, on sait tous, si l’on avait la prétention de t’imiter, que le compromis idéal serait en somme un mix entre Mohamed (rapport à la barbe) et Jo’ (rapport à…enfin on s’comprend).
  • Permets à Dani et Gaëtan de conclure enfin. Chez nous, tu sais, on est ouverts d’esprit. Totally open.
  • Important : empêche le petit Tuche à naître sous peu de venir, disons…avant l’âge de 10 ans, voir son père jouer. Faut le préserver. Non, sérieux, c’est important. Un dimanche, un moment d’oubli et hop, la vision d’horreur : le spitz dégueu. Et l’enfance n’est plus, envolée. Empêche que pareil drame survienne.
  • Dans la série des petits trucs qui ne coûtent pas un bras mais qui sont cruciaux : un G.P.S. Deux, même. Un pour Pierre, le torpilleur de Brooklyn, et un pour Lucas Z. Si le premier est connu jusqu’au Pôle Nord pour ses coups de casque, un tel équipement lui rappellerait néanmoins le sens du but (PS : une Pierre, deux coups, ça lui montrerait le chemin de la mairie/de l’église, ce qui, entre nous, vaudrait également pour un certain coach). Pour Lucas, prends une sous-marque. Il n’en est pas encore au stade du Blond mais sa tentative d’autogoal à Hochwald était Youtubesque.
  • Au Président et au gardien de l’équipe première, n’oublie pas de leur renouveler leur carte premium chez Jacques Dessange. Si un jour, tu devais entendre, pour le premier, que ce qu’il perd sur le crâne se retrouve le long du dos, une sorte de cascade pilleuse partant de la nuque jusqu’aux fesses, sache qu’aussi surprenant que ça puisse paraître, ce n’est pas du flan.
  • A tous les Pokemon de la A et la B, n’oublie pas de leur ramener en VHS les meilleurs moments de Séville 82 (évite de te tromper d’adresse et d’envoyer ça chez Laurent Bourg ; merci pour lui et son cœur), du championnat d’Europe 84, du Brésil 86 (par contre, tu peux zapper Italie 90 et USA 94) et surtout de la Coupe du Monde 98. Parce que franchement, il y en a marre d’entendre : « 98 ? Euh…pas connu…j’avais 3 ans». Au début, ça sonne « frais », à la longue, ça gave. D’ailleurs, si tu pouvais aussi leur filer « Les yeux dans les Bleus », notamment le passage où Jacquet demande à Pires de muscler son jeu, ça serait sympa. Dès fois qu’un match en District se distingue quelque peu d’une partie de city stade entre potes. Oui, en District, nous sommes de poètes, des esthètes du tacle, d’enthousiastes amateurs de coups d’épaule dans le dos.
  • Enfin, fais surtout que l’esprit de Noël irradie cette deuxième partie de saison, que les égos ne brisent aucunement cet élan plein de promesses qui restent à confirmer, que tous, familles comprises, soient épargnés par le malheur et qu’il en soit ainsi de toutes celles et ceux qui sous supportent et nous témoignent de leur affection.

Bonnes fêtes à toi, Père Noël.

By Maître Renard

[Article] Lettre au Père Noël 2015