A.S.B.G. : La B se remet en jambes,

la A en confiance

 

          Troisième round avant la reprise et, pour la première fois depuis avoir rechaussé les crampons, deux rencontres distinctes programmées pour les joueurs de l’A.S.B.G. Si la B a su, au fil de son match face à Saint-Jean-Rohrbach hausser son niveau de jeu, elle n’a pas pu en revanche trouver le chemin des filets (0-0).
A Behren, cette fois, l’équipe première s’en est allée battre l’équipe réserve (1-3). D’un côté comme de l’autre, de bon augure pour la suite.

16487478_1242858549168497_4877958384661453167_o

Crescendo

Comme chaque année, Saint-Jean-Rohrbach invitait l’A.S.B.G. pour une rencontre qui se vouait à être dans le ton des précédentes, à savoir d’une courtoisie sans anicroche. Manque de bol, les Bleus apprennent, juste avant le coup d’envoi, que leur très cher entraîneur a un empêchement de dernière minute dû à un emploi du temps professionnel serré, et qu’il ne pourra donc pas être du déplacement. Du coup, on demande aux anciens de jouer aux bergers, ceux-là qui seront peu rassurés constatant la jeunesse de l’effectif adverse. Remarquons qu’ils n’auront pas trop de difficultés pour juguler les tempéraments des joueurs présents tant, 90 minutes durant, l’état d’esprit déployé fut bon. Preuve en est, si l’entraîneur du cru jugea opportun de rappeler, juste avant le coup d’envoi, qu’il s’agissait d’un match sans enjeu, qu’il faudrait par conséquent éviter tout mouvement susceptible de blesser et de se blesser, Laurent L., une fois n’est pas coutume, se permis un trait d’humour aussi inhabituel que réussi.

– Bon, vous avez compris. Nous, c’est la gagne. On met le pied à la rotule.

Rassurons tout de suite nos lecteurs, les joueurs rassemblés saisirent immédiatement l’aspect drolatique du propos et l’on n’entendit aucun mot plus haut que l’autre durant toute la rencontre. Une rencontre qui démarra par un débordement côté droit de l’un des locaux et un centre dévissé qui se transforme en frappe au premier poteau sur laquelle le gardien visiteur se détend, repoussant la vicieuse tentative en corner. Voilà la principale tâche dont il aura à s’acquitter durant la rencontre. En effet, à part quelques dégagements du poing sur coups de pieds arrêtés, les occasions des joueurs de Saint-Jean se font rare. Néanmoins, durant le premier acte, l’A.S.B.G. 2 se montrant peu amène dans les transmissions, ayant les plus grandes difficultés à aligner trois passes de suite, ce sont bien les minots d’en face qui accaparent la chique. Côté visiteurs, quelques corners ne donneront rien et un coup-franc lointain d’Adrien manquera d’être repris par J.F.C. Surtout, lancé par Gaëtan, Benjamin trompera le portier parti à sa rencontre, sa réalisation étant malheureusement invalidée pour une position de hors-jeu. Au retour des vestiaires, changement de ton. On voit désormais des guenvillo-bettingeois enfin dépouillés. Comprenez : on joue simple. Ainsi, sur une surface dont ils n’ont pas l’habitude, en revenir aux fondamentaux. Je contrôle, je lève la tête (si je peux, j’anticipe les deux) et je donne…à ras de terre. Action-réaction, leur jeu se veut désormais plus fluide et, s’il n’y avait quelques frappes trop molles côté Saint-Jean et un coup-franc sur la ligne des 16m en fin de bal, l’on pourrait dire que la rencontre penche franchement d’un côté. Coup sur coup, Laurent L. est à deux doigts d’ouvrir la marque : si sa première tête manque le cadre, la seconde est repoussée sur sa ligne par un défenseur. Surtout, sur un décalage de Benjamin de la gauche vers la droite, Dylan voit sa frappe détournée par le gardien ; la balle roule, le gardien peine à se relever et le jeune merlebachois balance un scud au-dessus de la barre. Les Bleus poussent et l’on en voit plusieurs tenter leur chance de loin, de J.F.C. en passant même par Julien et ses grands compas. Comme il reste une dizaine de minutes à jouer et qu’il convient de ne pas oublier de mettre des bulles dans ta vie, le gardien visiteur décide de monter désormais sur corner. Sur sa première chevauchée, Fred le trouve au second poteau mais le gardien détourne sa tête. Deux minutes plus tard, bis repetita, de l’autre côté cette fois et avec Dylan dans le rôle du tireur. Au grand dam de Foufou, sa tête coupée au premier poteau rebondit sur la barre. Si la B n’aura pu trouver le chemin des filets, elle aura cependant fait montre d’application. Fluidifiant son jeu, le simplifiant, elle su gagner au fil des minutes en justesse. Encourageant.

Mafia Behrinia feat Momo A.

16463218_1242830862504599_3253539429368163435_o

Les amateurs de rap l’attendaient depuis des mois. LE son du début d’année. Plein de bonnes résolutions (terminées les confrontations avec du mobilier, oubliées les tentatives de plantage de tête dans le sol…), le soliste de l’A.S.B.G. s’était paré de ses plus beaux atours pour son retour à Behren. Pour cela, tout son posse était là. Dès l’entrée dans le studio d’enregistrement, on voit en effet son crew à la manœuvre. La vie étant bien faite, c’est justement le régional de l’étape qui s’en va trouver Yann dans la profondeur pour l’ouverture du score (0-1). Solides, affutés, les hommes de Matthieu Ultsch vont alourdir le score sur un centre de Cédric S. qui ajuste pour Michel au second poreau. Bam (0-2). Entre temps, l’A.S.B.G. avait pourtant subi un coup dur quand Bastien se voyait contraint de quitter ses partenaires sur blessure. En seconde période, Behren 2 hausse le ton, sort les baffles et surprend les visiteurs (1-2). Dans les cages, en l’absence de tout gardien attitré, c’est Cédric S. qui s’en va récupérer la chique au fond des filets, la première mi-temps ayant vu la Tout Eiffel devoir enfiler les gants (et un sweat à capuche en-dessous du maillot, rendant le look parfaitement dans le ton d’une rencontre de District). Une fois les essais achevés, il était enfin temps d’enregistrer ce qui s’annonçait comme le tube du moment. Sur une remise du mic de Jean (dont le blaze, dans le milieu, est Cannelloni et si vous ne savez pas pourquoi, suffit d’en regarder un), Momo, ayant au préalable posé sa chicha près du banc de touche, s’en va clasher le gardien et ainsi clore toute discussion (1-3). Costauds quasiment de bout en bout, la A guenvillo-bettingeoise se fait du bien. Elle sait ce qui l’attend et elle se prépare. Sérieuse.

By Maître Renard

[Amical] US Behren + US St Jean Rohrbach – AS Betting Guenviller