Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263
[Article] Interview Ibrahim Cinci – AS Seingbouse Betting Henriville

Ibrahim Cinci,

footballeur sauce blanche

 

            Policier la semaine, footballeur atypique le week-end, Ibrahim Cinci, encore appelé « Ibo le Hibou » (rapport à ses grands yeux bleus-vert-gris…on ne sait plus) s’est livré pour nous à un petit de questions-réponses aux douces effluves de köfte. Rencontre avec celui qui porte la chaîne de vélo autour du cou comme personne. Une interview forcément « avec tout ».

 

Lecteur musique: Soulkast – Je viens de là

 

M.R. : Ibo, fais-nous l’historique de ta vie sur les terrains…

Ibo : Ok, dans ce cas, on commence quand j’ai 17 ans.

M.R. : Pourquoi ? T’as jamais joué en équipes de jeunes ?

Ibo : Non, quand j’étais gosse, on jouait comme ça, entre copains, dans la cour de l’école. Cela ne me disait pas plus que ça. Faut dire aussi que mes parents n’étaient pas trop d’accord pour que je joue en club.

M.R. : Donc tout commence à 17 ans. Où ça ?

Ibo : Au SC AY YLDIZ à Völklingen, en Allemagne. J’avais un copain qui y jouait et j’y ai donc commencé directement en seniors. J’y suis resté jusqu’à l’âge de 20 ans.

M.R. : Et la suite ?

Ibo : J’ai passé 2 ans à Öberwürzbach. Côté niveau, ça correspondait à peu près la 1ère division de District. Après, je suis parti pour l’école de police avant de faire une saison au S.C Marly puis d’arrêter carrément le foot pendant un an.

20151002_200715

 

M.R. : C’est alors que tu débarques avec tes rouleaux de veau/poulet du côté de Betting…

Ibo : C’est ça. J’y suis resté une saison. Aujourd’hui, comme je vis en région parisienne, j’ai pris une licence au club du Kremlin-Bicêtre.

 

M.R. : Tu me dis si je me trompe, mais t’as pas mal de frères et sœur. Ici, on connaît tous Ismaïl aka « Isso na Bisso », le type qui arrive avec son maillot du Galatasaray avant de se claquer au bout de 5 minutes.

Ibo : Oui, j’ai une grande fratrie avec 4 frères et 2 sœurs. Je suis l’aîné.

M.R. : D’ailleurs, il me semble que t’es très famille…

Ibo : Oui. La famille, son esprit, surtout les parents, houlala…c’est très important ! Chez nous, quand t’es l’ainé surtout, t’as tout de suite une pression sur toi et on te fait comprendre que comme t’es le plus âgé, t’as pas le droit de te louper et tu dois donc montrer l’exemple.

M.R. : Côté terrains, je t’ai toujours vu te placer aux avant-postes, je me trompe ?

Ibo : Non, c’est le cas. J’ai toujours évolué comme attaquant sauf à Betting où, le plus souvent, on me mettait sur une aile parce qu’Alex était devant.

M.R. : Je sais que c’est compliqué mais joue le jeu en mettant en avant tes qualités

Ibo : Mes points forts ? Bon, déjà, on va dire que je n’ai pas un physique très dur…Après, j’ai quelques trucs niveau technique et un peu de vitesse. En fait, je suis un peu comme Neymar, toutes proportions gardées, c’est juste pour l’image, car ce type est super technique mais, dès que tu le touches, il est par terre.

M.R. : What else ?

Ibo : Je vois où tu veux en venir. Ok, ok…je suis aussi un bon petit croqueur devant le but, un peu comme Giroud. Maintenant que j’y pense, c’est depuis que j’ai joué à Betting. Je crois que c’est à cause de toi. Parce que quand j’étais en Allemagne, je finissais toujours avec pas mal de buts en fin de saison. Je crois sincèrement que si j’ai autant foiré à Betting, outre le terrain, c’est parce que tu me motivais comme tu sais si bien le faire.

20140921_155005

M.R. : Tu conviendras que je ne rebondirai pas sur ce dernier propos. Par contre, pas le choix, et je sais que tes fans n’en croiront pas un mot mais allez, on se lance : t’as des points faibles ?

Ibo : Là, je te répondrai que c’est comme le mec qui crie au bord de la touche « Muscle ton jeu ! ». C’est un fait : je n’aime pas le contact et j’ai un jeu de tête que l’on peut dire nul.

 

M.R. : Continuons la série des questions qui fâchent. T’as un mauvais souvenir vraiment particulier qui te colle aux crampons depuis toutes ces années ?

Ibo : Non. Comme tout le monde, j’ai eu quelques blessures, des trucs bêtes, des petits claquages du fait d’un mauvais échauffement, mais rien de marquant.

M.R. : Revenons à des choses plus agréables. Ton souvenir sportif le plus marquant.

Ibo : Un but en Allemagne. Laisse tomber ! Je récupère une balle en profondeur à 30m et je frappe en demi-volée, juste après le rebond. La balle va dans la lucarne opposée. Un peu un but à la Umtiti de Lyon, un truc de malade. Après, ça reste un but et maintenant que tu me poses la question, il faut dire que n’ai pas connu de grosse montée.

M.R. : Si je te parle de l’A.S. Betting, tu me dis…

Ibo : D’abord, c’est un club dans lequel je ne pensais pas atterrir. C’est Bastien qui m’a fait venir. Il savait que je cherchais alors un club pour garder la forme.

M.R. : Qu’en a-t-il été de ton adaptation ?

Ibo : Tu sais, c’est un club où il n’y a pas beaucoup d’arabes, de turcs ou de métisses. Du coup, quand un gars de Far débarque et qu’il s’appelle en plus Ibrahim, je me suis dit : « A part Bastien, je ne connais personne. Comment ça va se passer ? ». Au début, j’avais un peu peur mais, franchement, je crois que c’est la meilleure équipe où j’ai pu jouer. Même par rapport à Yldiz où il n’y avait que des turcs. J’avais l’impression d’être en sélection nationale ! Ici, c’est vraiment un club familial avec une sacrée ambiance. Même avec toi. Tu peux me vanner autant que tu veux sur les kebabs, je ne me lasserais pas.

20140815_001337

M.R. : Un bon souvenir, donc.

Ibo : Clairement. Quand je suis arrivé ici, le niveau était plus bas par rapport à là où j’avais joué donc automatiquement, je me suis dit que je devais être dans les joueurs forts. Problème : je m’étais arrêté de jouer avant et j’ai eu du mal à retrouver mon niveau, d’autant que devant, il y avait des joueurs comme Bastien, Alex’ ou encore Mike. Derrière, je mets une pièce sur Pierre. Lui, j’aimais bien qu’il me marque car il très bon défensivement. Du coup, c’est là que tu dois innover, être meilleur.

M.R. : T’as déjà eu des problèmes sur ou en dehors d’un terrain avec un adversaire, un coéquipier ou un encadrant ?

Ibo : Non. Il m’est déjà arrivé de m’énerver dans des situations de jeu en match, mais sans jamais que cela ne devienne un vrai débordement. Je n’ai jamais mis de coups juste pour casser et j’ai toujours joué en rigolant, un peu comme avec toi. Avec mes coéquipiers, si l’un d’eux était plus fort que moi, alors je faisais tout pour jouer contre lui, pour le prendre au marquage. Dans chaque club, t’as toujours des mecs qui sortent du lot. Ce sont eux qui te font progresser. Je me souviens d’un pote dont le surnom était « Flex ». Il était petit et vachement technique. On aurait dit Messi. Seulement, à force de le couvrir, je savais tout de son jeu et dès que je le prenais au marquage, il ne faisait plus rien.

 

M.R. : Pour clore cette brève discussion, une question qui taraude 87% de la population hexagonale, dont moi. Il est là : le moment de vérité. C’est quoi la recette de la sauce blanche ?

Ibo : Ecoute, à la base, c’est du yaourt fait maison, avec un peu de mayonnaise je crois, des petits émincés d’échalote, d’herbe de Provence, de persil, de menthe, un arrière-goût d’ail. T’ajoutes du sel et du poivre. Doit y avoir aussi un peu de lait. Après, ils ménagent tout ça. Faut bien doser le truc pour que ça soit plus ou moins liquide.

  By Maïtre Renard

 

[Article] Interview Ibrahim Cinci