Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263
[Article] This is Vegas – AS Seingbouse Betting Henriville

This is Vegas : l’équipe « coupée-décalée »

          

Le temps exécrable qui transforme nos week-ends en potage à la grimace est propice aux souvenirs ensoleillés. Le cœur le réclame. Parmi ces moments chers, et comme les rangs de l’A.S. Betting sont à présents bien plus conséquents qu’il y a quelques mois encore, laissez-nous vous compter comment, par un dimanche de Juin, onze guerriers éparpillés façon puzzle, s’en allèrent glaner une large victoire à Diefenbach, s’offrant même une prestation d’ensemble improbable au coup d’envoi.

this-is-vegas

Dimanche 9 juin 2013. 13h30. Gymnase de Betting. L’entraîneur de l’A.S.B. a les yeux qui lui sortent de la tête. Le point de rassemblement ressemble à un camp retranché de blessés de guerre. Ses hommes sont là sans l’être, alors que lui ne pense qu’à ce titre que le club est si proche de toucher. Dans les décombres, on distingue surtout un groupe, dont certains membres sont affalés contre les voitures. La classe. Un point commun saute aux yeux, c’est le cas de le dire : il y a eu une razzia chez Optique 2000. Merci les complémentaires, pompes à fric. Les bonhommes ont tous sur le pif une paire de lunettes de soleil. Pas les petites rondes à la mode dans les années 90’, celles à la Lennon où l’on voyait encore les pupilles. Aujourd’hui, ça ferait juste has been. Non là, c’est… « les mouches » teintées, un peu Chips (sans la bécane et la plaque), un peu Akhenaton et son Bad Boy de Marseille.

Dans l’air, ça ne sent pas la Volvic. On est plutôt dans l’arrière salle d’une distillerie bretonne, quand les vapeurs vous font à elles-seules tourner la tête. Un conciliabule. On se croirait au Conclave. Habemus Gueuledeboam.

– Faut qu’on soit clair, sinon on est morts ! dit le plus grand.

– Le premier qui moufte, je lui colle mon spitz dans ses parties, fait le plus maigre.

– Ouais ben moi, dit le sous-marinier, RAF ! J’ai rien à m’reprocher. D’t’façon, moi, Vegas, j’trouve ça surfait. J’préfère les alpages. La montagne, moi, ça me gagne.

– Rappelle-moi, à Brück, Stevlana, t’es sûr qu’elle fabrique bien du fromage de chèvres ? interroge avec malice le plus chauve.

Coach la Science rapplique, la moustache à 90 degrés.

– Mais c’est quoi c’bordel ? Vous avez vu vos tronches ? On se croirait dans la famille Adams !

En guise de réponse, le premier se masse la tempe, un Efferalgan planqué dans sa pogne droite,
le second regarde ses pompes, le troisième opte pour le sourire niais tandis que le quatrième, avec son tee-shirt « j’aime les berlines allemandes et Brokeback Mountain », tente une réponse qui, dès la bouche ouverte, se transforme en rot innommable.

– Désolé Laurent. Hier soir, c’était tartiflette.

–  Tartiflette mon c**, oui ! Vous allez me rendre dingue. J’vous jure, vous allez me rendre fou !

Sa compo entre les mains, il compte ses morts.

– Bon, on est onze, c’est déjà ça. Après, dire qu’on est onze joueurs de foot, c’est autre chose. Entre ceux qui sont dans un monde parallèle…

– Cette hanche, elle commence sérieusement à me gonfler ! coupe le renard marteau.

– Donc je disais…entre ceux qui sont dans la 4e dimension et les blessés…

– Non mais sérieux…y a pas un docteur sur ce parking ? J’sais pas moi…un kiné ? un rebooteux en devenir ? Même une sage-femme, je prends !

– Non,  il n’y a que nous Docteur Maboul, et tu vas me faire le plaisir de, soit clamser ici et maintenant, soit de me laisser finir ce que j’ai à dire, non d’une moustache bourguignonne !

this-is-vegas-2

Sauf qu’il a beau pester, le coach reste humain. Ne sachant pas encore changer l’eau en vin ni ressusciter les morts, il doit se faire une raison : il n’a rien d’autre sous la main et il est déjà l’heure de lever le camp. Une demi-heure plus tard, tout le monde est sur place. Tout le monde…ou presque. Certains, leur grammage étant à la hauteur de leur plumage, oublièrent simplement certains effets personnels (oh, rassurez-vous, rien de bien important, sauf si l’on estime qu’un gardien de but est vraiment indispensable) et arrivèrent tout juste à temps pour le coup d’envoi.

Vous, footeux qui nous lisez, savez bien que les minutes qui précèdent un match, même amical, sont en théorie empreintes de concentration. Chacun à sa façon, on rentre dans la rencontre, bien aidée par un entraîneur qui rabâche son discours ficelé aux petits oignons.

Parfois, comme c’est le cas de ce dimanche 9 Juin perdu dans les bois, il n’y a rien de cela.

Si, on trouvera bien des bons élèves attentifs (à rechercher principalement au Maroc et en Algérie),
on en verra surtout d’autres qui essaient de recoller leurs membres avec des bandages, les faisant quitter un peu plus chaque jour la demeure des vivants pour celle des momies, ainsi que la fameuse grappe des « somewhere », ceux qui n’ont même plus la force de parfaire leur scénario convenu, celui-là qui scellera pourtant à jamais cette nuit de luxure frontalière.

Moi, mes parents, ils ont toujours dit que les langues, c’est vachement important, pourra-t-on même entendre.

Une cour des miracles en guise de vestiaires. Voilà l’héritage offert à Laurent Bourg.

Cinq minutes d’échauffement, pas plus et la rencontre débute déjà.

Alors que l’on pensait cette équipe coupée (un œil du côté de Brest, l’autre pas loin du Var) – décalée (la défense comme le front de l’attaque souffrant de mille maux divers) vouée à toutes les difficultés possibles et imaginables, c’est tout le contraire qui s’observe.

L’A.S.B. est sur un nuage. Les transmissions se font mieux que chez Speedy, le gardien-pâtissier-bientôt marié plante la tante, la défense ne rompt jamais (par contre, elle ronfle par spasmes), et les mourants se permettent même un triplé.

Sur son banc, seul, le coach Guy Degrennes n’en revient pas de ce very good trip.

Quatre pions à zéro. L’A.S.B. présente l’addition.

Il plane à Diefenbach comme une impression irréelle : ça glousse sévère, les yeux toujours mi-clos.

– On devrait se refaire ça un de ces quatre, propose le cuistot qui frise.

– Tu parles de quoi le cuistot ? De la victoire ou ce que vous avez fait cette nuit ? questionne le coach.

La réponse de Cyril Lignac est inaudible car un individu est resté, seul, dans les vestiaires, à interroger (en hurlant) les murs sur « qui a les plus grosses (censuré) ? ».

Quand l’A.S.B. achève de refaire ce match qui restera dans les mémoires, le titre est désormais une réalité que rien ne devrait plus contrecarrer. Terminus, tout le monde repart, un sourire jusqu’aux oreilles. Certains par joie du succès, d’autres parce qu’ils ne maîtrisent pas encore tout à fait la relation cerveau-reste du corps. Mais tous savent qu’à Diefenbach, quelque chose s’est passé…

[Article] This is Vegas