Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263
[Article] Viens voir les comédiens – AS Seingbouse Betting Henriville

Viens voir les comédiens

Les comédiens ont installé leur tréteaux
Ils ont dressé leur estrade

michel sardou Et tendu leur calicot
 Les comédiens ont parcouru les faubourgs
Ils ont donné la parade
A grand renfort de tambour
Devant l’église une roulotte peinte en vert
Avec les chaises d’un théâtre à ciel ouvert
Et derrière eux comme un cortège en folie,
Ils drainent tout le pays
Les comédiens.

Lecteur musique: Charles Aznavour chante Les comédiens 

Coluche disait que « Pour faire un mauvais musicien, il faut au moins cinq ans d’études. Tandis que pour faire un mauvais comédien, il faut à peine dix minutes ». Que celui ou celle qui n’a jamais été irrité(e), irritation pouvant aller jusqu’aux envies de meurtre, quand, observant un simple contact tout ce qu’il y a de plus normal pour un sport qui, rappelons-le, induit aux corps de se frotter plus ou moins fréquemment et avec plus ou moins de vigueur, la « victime » se met à plagier Brian Joubert, enchaînant des double axel sous l’œil inquiet des autres acteurs, persuadés qu’ils sont, qu’un drame vient de se produire sous leurs yeux.

« L’épaule contre épaule » devient un coup de coude dans la glotte pouvant conduire à l’asphyxie, la semelle qui ne fait que lécher les orteils d’en face devient une ablation totale du pied sans anesthésie, la malencontreuse (autant que courante) « tête contre tête » s’apparente désormais à un bon vieux coup de boule à l’ancienne occasionnant 12 points de suture. Dans les protège-tibias, soigneusement planquées, des pipettes de concentré de tomate, histoire que, pendant qu’on racle bien le sol avec ses dents tout en criant comme un porc, l’on puisse discrètement s’asperger la zone prétendument touchée. Comme dans une série Z où c’est tellement mauvais que les rires du début se perdent finalement dans la consternation.

20140907_153454

Pas besoin de regarder la Ligue 1 ou les championnats étrangers pour constater ce genre d’agissements. Suffit de zieuter en District. Chaque dimanche, au moins un de tes collègues (parfois même toi, soit parce que t’as un moment d’égarement, comme ça peut arriver, soit parce que t’es juste cramé) ou des gusses d’en face impose la présence non-stop de pompiers, d’une équipe du Samu et d’un Saint-Bernard. J’entends déjà ceux qui diraient :

– « Ouais mais ça, ça a toujours existé, hein ! ».

Attention, il est vrai, à la tendance que l’on peut développer, les années s’égrenant, à (trop) embellir le passé. Le fameux « c’était mieux avant », « d’mon temps, on f’sait pas ci, ou on f’sait comme ça ». En gros, à force de baver, sans objectivité aucune, sur le présent pour mieux enjoliver l’avant, tu passes pour un vieux con. Néanmoins, une fois que t’as dit ça, t’as le droit d’évoquer un sentiment, celui d’un football amateur qui ne se pense plus qu’au travers du petit écran et, surtout, chose qu’il n’y avait il y a encore à peine 20 ans, par le prisme d’internet. Youtube étant devenu ton ami, tu peux mater, et mater encore les exploits d’un tel, les mouvements d’humeur d’un autre, et, surtout, les coups de canif portés à une certaine éthique sportive, à une certaine idée du football.

Bon, pour éviter les grands discours, on va faire simple, schématique :

  • Exemple 1: Si tu cours le long de la ligne de touche, balle aux pieds, et qu’un individu sans problème psychiatrique particulier veut t’empêcher de passer (c’est mieux s’il appartient à l’équipe adverse), sache qu’il existe une forte probabilité pour que, coupant ta trajectoire à angle droit, celui-ci parvienne à te faire quitter le sol. Si cet adversaire n’est pas de la famille de Cyril Rool ou de Franck Jurietti, ses pieds n’auront pas décollé et son tacle, centré sur le ballon tel un vrai gentleman, sera tout ce qu’il y a de plus correct. Par conséquent, en amont du geste, de grâce, pas la peine de t’allonger déjà par terre comme un Labrador qui voudrait se faire caresser le gras. Pas la peine non plus, sauf craquement osseux perçu de tous, de rester dix minutes par terre à pleurer tous les Saints.
  • Exemple 2: Si l’un des gardiens dégage, si un coup-franc indirect ou un corner est tiré et que, peu importe que tu sois défenseur, milieu ou attaquant, tu espères prendre le dessus, à partir du moment où ton opposant garde ses bras là où il faut (le long du corps, dans le dos voire dans son short), tu n’as plus que deux choses à faire : sauter (plus haut et/ou avec un timing parfait) et la fermer, ne pas geindre parce qu’il est plus grand, parce qu’il a plus de cheveux, ou parce que t’as senti à son contact qu’il était vraiment très très content de te voir si près de lui.

IMG_2796

Comme aux temps jadis, c’est un duel, rien que ça, même si nous ne sommes pas dans un champ à l’aube, que nous n’avons pas de flingue, pas de gants blancs, ni d’honneur forcément à laver.

Ainsi, celui (ou celle, encore que, la dernière coupe du monde féminine a montré que ces dames avaient une propension à rester debout bien supérieure à celle des mâles, sachant que la rudesse moindre du jeu féminin n’explique pas tout) qui piétine (consciemment ou non) son amour-propre, c’est celui qui gruge, qui dupe, celui qui va te sortir en prime la connerie notée triple A : « La fin justifie les moyens ». Expression du bougre qui répète ce que d’autres cons ont proclamé avant lui, expression du copieur qui, pour masquer son peu de personnalité, son absence de repères sains, ne sait que reproduire ce que de pseudos stars, en grosses caisses et gros casques, proposent par écran interposé.
V’la la gueule des modèles.

Heureusement, chez nous, tout ce que je viens de vous raconter, on ne connaît pas. Dès lors, on ne verra ni n’entendra jamais un joueur

(pardon…

…mon téléphone vibre…)

– Oui, allô ?

– Bonjour Maître Renard, excusez-moi de vous déranger. C’est Monsieur Corbeau.

– Ahhhh salut vieille branche, tu croasses bien ?

– On fait aller. Je me disais…c’est bien beau votre truc de dire que vous êtes tout blanc à l’A.S.B. Pourtant, moi, sur ma liste des mauvais comédiens, j’ai des noms inscrits. Et d’ailleurs, je vais vous les donner, histoire qu’on vérifie ensemble. Il s’agit donc de…

Comme je n’osai croire que des partenaires appréciés, des personnes sous l’influence testostéronée Bourgo-Ultschienne, des collègues entraînés à la rude, se rabaissent à ce genre d’attitude, je décidai de couper nette la conversation. De toute façon, un corbeau qui parle, ça n’est pas crédible.

By Maître Renard

[Article] Viens voir les comédiens