Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263
[Championnat] 4ème Journée – AS Seingbouse Betting Henriville

A.S.B., jour d’allégresse

           En l’emportant respectivement contre Longeville-Lès-Saint-Avold 2 (2-3) et Bischwald 3 (3-1), A comme B ont réalisé un carton plein. Un dimanche d’allégresse pour tout un club.

20150920_154924

La B n’a rien lâché

Toujours sans son coach attitré, la B bettingeoise devait se rassurer. D’elle, on louait souvent sa combativité, son état d’esprit. D’elle, on regrettait aussi ces erreurs de débutant qui font souvent basculer le cours d’une rencontre. Face à Bischwald 3, il n’y avait justement aucun droit à l’erreur et les bonnes dispositions déjà entrevues depuis quelques semaines devaient impérativement se concrétiser au plan comptable. Sur ses terres, la B prend les choses en main et Moustapha, au sortir d’un centre mal négocié par le gardien, est là au bon moment pour pousser le ballon au fond des filets (1-0) et ainsi tracer la voie. Une voie qui n’est pourtant pas rectiligne. La preuve, sur un ballon dans le dos de la défense, l’attaquant de Bischwald s’en va remporter son duel face à Lucas P. (1-1). Les locaux croient bien se rassurer peu de temps avant la pause, mais Moustapha voit son pénalty repoussé par le gardien. Pas vernis, les hommes de Laurent Lempereur, coach intérimaire, vont jusqu’à perdre Driss suite à un choc. Bilan : un nez qui a morflé pour un cuir chevelu en lambeaux. Là-aussi, les deux formations n’arrivent pour l’instant pas à se départager. Il reste tout au plus une vingtaine de minutes quand, sur un décalage de Sylvain vers Guillaume, Pô se lâche, arrache son antenne et expédie une frappe sèche qui fait du bien (2-1). Cette fois, plus question de laisser nos hôtes la tête hors de l’eau. Dans le rôle du briseur de rêve, Benjamin, qui dans un angle improbable, parvient pourtant à trouver la faille (3-1). C’est fait. La B tient une victoire qui fait un bien fou, une victoire qui doit en appeler d’autres car, une chose est désormais certaine, elle connaît la recette.

20151004_165350

Une A au cœur gros comme ça…

A quelques kilomètres de là, c’était un choc. Un choc de 3e division de District peut-être, mais un choc quand même. Une vraie rencontre au sommet…qui a tenu toutes ses promesses. Si, une fois n’est pas coutume, Lucas P. gardait les cages de l’équipe réserve, c’est le gardien de la C bettingeoise (dont la création est prévue la saison 2017-2018) qui, par leur truchement des doubles absences de Tipi et Maxime S., devaient enfiler les gants et le bas Kipsta troué façon gruyère (www.gardienslowcost.fr). Durant les vingt premiers minutes, à part une frappe du n°8 local (« les côtes de Jean Thébault aiment ça ») qui passe de peu à côté de son rectangle, c’est relativement tranquille. Son homologue ne peut pas en dire autant. Dès la première minute de jeu, sur un centre de Max’, l’arbitre désigne le point de pénalty, sanctionnant une main. Le bourreau (des cœurs d’artichaut) s’avance, sa course est d’abord droite puis ses pas de danse s’enchaînent comme au Club 33. Arrivé enfin au cuir, son plat du pied est détourné par le gardien. Le sardaigno-portugais se rattrapera dix minutes plus tard quand, sur un festival de Max’ côté gauche, il tendra son pied dans les six mètres (0-1). Dans la foulée, les hommes de Matthieu Ultsch ont la balle du break au bout du crampon : Bastien, plein axe, s’extirpe entre trois joueurs, sert Danilo…qui bute sur le gardien, sans davantage parvenir à conclure sur sa seconde chance. Durant les 20-25 premières minutes, les Bleus sont clairement dans le match : affutés, appliqués au marquage, avec une vraie complicité dans les transmissions. Au-delà du score, une autre preuve de cette mainmise : le nombre de fautes commises par Longeville qui récoltera deux cartons durant le premier acte. Néanmoins, peu à peu, les visiteurs vont baisser le pied et des trous d’air, notamment au milieu de terrain ainsi que sur la droite de la défense, vont se faire jour. Irréprochable durant toute la rencontre, Pierre sera malheureux quand, sur un ballon à l’entrée de la surface, il verra son dégagement exécuté avec une surface corporelle que l’on dira inadaptée…pour retomber dans les cages de son gardien, grand ami de la cause moutonnière devant l’éternel (1-1). Juste avant la pause, sur un débordement côté droit, ce dernier aura l’occasion de détourner du pied une frappe en force au premier poteau. Durant la pause, dans le grand vestiaire carrelé, l’heure est au recadrage, plus particulièrement les coups de pieds arrêtés en phase offensive, l’importance d’un marquage collé-serré au milieu de terrain ou encore le manque d’agressivité positive. Les mots n’empêchent pas les rouges et noirs de passer devant au tableau d’affichage quand, sur une remise de la tête dans le paquet, l’attaquant glisse son pied devant votre humble narrateur et le trompe (2-1). Un vrai but de raccroc, mais surtout un nouveau cadeau. Rageant. Car juste avant, les Bleus s’étaient procuré deux grosses occasions : la première sur un double une-deux entre Max’ et Sandro, mais ce dernier voyait sa frappe détournée en corner par le gardien, avant que, sur un centre de Cédric, ce même portier ne repousse la tête de Bastien. Secoués, les Bleus sont dans le dur. Sur un contre plein axe, leur attaquant a le but de K.O. à portée de tir. Se présentant face à Monsieur Mouton, celui-ci remporte son face-à-face comme d’autres font de la gym dans un club du 3e âge. Sens-tu ce que ça sent, ami lecteur ? Non ? Rien de rien ? Mais si, voyons, ce vent qui tourne, ce vent de folie qui n’est pas loin…Servi dos aux buts à une vingtaine de mètres plein axe, Bastien mystifie son cerbère et, pour marquer son grand retour d’une pierre Champlon (c’est encore un cran au-dessus de la pierre blanche), d’un plat du pied maîtrisé, sonne le tocsin (2-2). Il reste un quart d’heure de jeu et la révolte est en marche. Sur un corner côté gauche, l’ange transalpin surgit. Au second poteau, on ne sait comment, moment de grâce s’il en est, Jonathan est là. Il attend cet « instant Thuram » depuis son enfance, quand, après s’être gavé de spaghettis bolognaise avec son maillot du Milan, il allait rejoindre ses « copains du foot ». Ici, à Longeville, ce n’est plus un pied droit qu’il a. C’est un glaive. Et ce glaive fait chavirer ses coéquipiers (2-3). Les dernières minutes sont suffocantes. Les hommes de Matthieu Ultsch se battent comme de beaux diables mais concèdent quelques coups de pieds arrêtés à proximité de la surface et Jimmy la Truelle récolte même une biscotte, la faute à cette bouche qui parle toute seule. Heureusement, là aussi, ce ne sont plus des murs qui se dressent face aux rouges et noirs mais de véritables murailles humaines. Infranchissables. Au coup de sifflet final, c’est davantage qu’une simple joie qui vient recouvrir les cœurs des bettingeois. C’est de la fierté, ce sentiment que l’on peut ressentir quand on sait que l’on a livré une bataille collective sans jamais renoncer. Cet après-midi d’automne, la A a montré qu’elle n’avait pas que des qualités techniques ou athlétiques. Non, elle a aussi prouvé qu’elle pouvait avoir aussi un cœur gros comme ça. C’est vrai ce qu’on dit, les victoires arrachées dans la douleur sont les plus belles.

By Maître Renard

[Championnat] 4ème Journée