Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/24/d337889228/htdocs/WORDPRESS/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/fs/package.module.fs.php on line 263
[Championnat] 7ème Journée – AS Seingbouse Betting Henriville

La A easy way, la B proche du hold-up

            La A bettingeoise n’attend que ça. Son duel au sommet face à l’ogre hombourgeois, son principal rival pour l’accession en 2e division. Avant cela, il fallait ne pas baisser le pied. Toujours avancer. Ce fut chose faite en l’emportant largement face à Fletrange 2. De son côté, si la B fut très proche de réaliser un hold-up parfait à Petite-Rosselle 3, elle saura se satisfaire d’un nul arraché avec le cœur (2-2).

20151108_162640_HDR

« Je crois que vous devriez appeler vos copines »

Avant de pénétrer dans l’arène, avec son sweet à capuche « Austin 63 », Laurent Bourg donne le « la » de ce qu’il ne veut pas voir d’ici peu :

– Le foot, c’est du jeu en mouvement. Si l’on a un jeu stéréotypé, on ne surprendra jamais l’adversaire. Alors jouez à une-deux touches de balle ou en première intention.

Tout le monde écoute sagement. Il enchaîne, l’e-cigarette jamais très loin :

– Je veux que vous vous appliquiez sur deux choses. D’abord le repli défensif. On est un bloc et tout le monde doit travailler. Ensuite, ce que je ne vois plus, c’est la protection de balle. Arrêtez de partir à l’abordage. Les gars, ça sert à quoi d’aller s’enfourcher sur le type en face ?

Ces choses dites, les Oranges, disposés en 4-4-2 vont pourtant vivre un sale premier quart d’heure.
Ou plutôt, l’objectivité le commandant, une sale première mi-temps, de celle où tu cours après la chique, après l’adversaire et surtout après ta cohésion de groupe. Un groupe malmené comme rarement et qui se demande encore maintenant comment les locaux ont pu rater autant de possibilités. C’est bien simple, même un journaliste sportif s’y serait perdu, au milieu de ce fatras de ballons donnés dans le dos de la défense et ces frappes des Jaune et Bleu qui passaient parfois à quelques centimètres des buts d’un Maxime dont on reparlera plus tard. Bon, on peut déjà en reparler tout de suite, mais c’est pour dire que le meilleur est pour la fin. Parce qu’à trop reculer, à ne jamais être le premier sur la balle, à faire preuve d’un attentisme coupable, tôt ou tard, et même avec l’arrière bordé de nouilles, ça craque, comme sur cette frappe décroisée à ras de terre qui file le long du poteau du gardien bettingeois (1-0). Malgré une première période où il n’y a qu’une équipe sur la pelouse en plastique (si tu n’aimes pas le foot 2.0 et que tu préfères la sensation de l’herbe surtout quand la boue s’y mêle, tape 1), malgré des locaux qui vendangent comme en pays bordelais, les Oranges vont jeter un froid glacial sur leur seule occasion, exception faite d’une frappe lointaine, sans contrôle et du gauche – donc hautement improbable – de votre serviteur façon sournoise, stoppée par le portier de Petite-Rosselle. Donc, juste avant la pause, sur un pressing côté gauche d’Orangina Fred (parce qu’il est totalement secoué, et nul ne peut le contester), une mauvaise relance plus tard permet à Cédric S., plein axe, de faire jouer son coup de rein, de se déporter sur sa droite et d’enchaîner une superbe frappe croisée qui fait mouche (1-1). Dans le vestiaire, Laurent Bourg commence par astiquer ses lunettes.

20151108_142230

D’une voix douce, il se montre inquiet : « Les mecs, on a de la chatte. Alors, je pense que vous devriez appeler vos copines ». S’en suit un logique rappel justifiant le passage en 4-5-1, solution optée peu de temps avant le gong : arrêter de regarder, garder son poste, faire des efforts, être agressif.

– Si vous ne voulez pas, faut penser à une chaise longue histoire de prendre le soleil.

On entend les mouches voler. Il assène :

– De mon temps, on disait qu’il faut arrêter de jouer à Ken et Barbie parce que sur un terrain, on y va en guerrier et on se défonce pour les autres.

Sans marcher sur l’eau, la seconde période est tout de même d’un autre acabit. Est-ce la fatigue ou la frustration qui font que les locaux sont moins dedans, néanmoins, force est de constater que les bettingeois montrent un autre visage. Au bout d’un quart d’heure, ses chevilles ayant été lacérées, v’la un coup du sort du côté des Oranges : la sentinelle Leydinger doit quitter le terrain et votre serviteur, sans avoir eu le temps de s’échauffer, comble du plaisir, se voit proposer (hum) le privilège d’assister l’inénarrable capitaine Laurent au poste gratifiant de milieu défensif. Si Petite-Rosselle touche la barre sur un ballon traînant sur corner, l’A.S.B. se procure une sacrée occasion quand, au prix d’une transversale léchée (et donc forcément chanceuse), je trouve Orangina Fred. Prenant le meilleur sur son défenseur, il vient malheureusement buter sur le gardien. Quelques minutes plus tard, l’A.S.B. va faire sensation quand, profitant de la passivité de son vis-à-vis, Mohamed, tel un fennec, part côté gauche, repique plein axe et frappe à ras de terre. Deux-trois secondes de doutes et, quand le marocain lève les bras au ciel, que les filets bougent, on comprend que les visiteurs viennent de prendre, on ne sait comment, l’avantage (1-2). Malgré leur courage, ils seront logiquement rattrapés par Petite-Rosselle quand, plein axe, un milieu trouve dans la profondeur l’un de ses compères qui, d’une frappe décroisée au premier poteau, trompe la vigilance de Max (2-2). Un Max qui sera véritablement l’homme de cette fin de match quand, à la lutte avec un Jaune et Bleu, il le touche (de peu) à l’extérieur de la surface. Sauf que l’arbitre ne siffle aucunement faute ce qui a le don de faire disjoncter le joueur local qui joue du torse avec le portier bettingeois avant, semble-t-il, de le pousser. Max tombe avec la grâce d’un cygne qui vient de prendre une balle perdue, le tout sous les vivas des supporters en tribune qui attribuent un 10 à sa chute. La tension est à son comble en cette fin de match mais l’arbitre, pour la paix des ménages sans doute, en reste là. Tout comme le score qui n’évoluera plus, malgré cette occasion énorme que les bettingeois se procureront. Sur un débordement de Cédric S. côté gauche, le barbu centre pour J-F seul au second poteau. D’un crochet intérieur, il se libère du libéro mais, bien que seul face aux buts, il voit sa frappe du gauche mourir à quelques centimètres du poteau. Qu’il se rassure, il en verra d’autres et il eut été quand même fort de café que les Oranges glanent trois points eu égard à la teneur globale de leur prestation. Il n’en demeure pas moins que ce point arraché vient récompenser une équipe qui, dans son apprentissage, apprend petit à petit l’importance de l’effort. Dans ses errances, dans ses manques, elle est en train de cultiver un véritable état d’esprit, un côté « lâche rien » qui fait son charme. « B spirit ».

« Si tu ne dis rien sur moi, c’est bon, j’arrête »

Face à Fletrange 2, le risque majeur était de voir les joueurs locaux se perdre en rêveries, jouer la rencontre avant de la disputer, le regard fixé vers un prochain derby. Il n’en a finalement rien été car les hommes menés par Matthieu Ultsch ont su prendre la rencontre par le bon bout, comme lorsque Bastien, servi par Mikaël, trouve une première fois le chemin des filets (1-0) avant que le même Mikaël, au sortir d’une chevauchée puis d’un centre contré, trouve à son tour le code du coffre (2-0). Dans la foulée, Jo voit sa lourde frappe heurter le poteau. Dans une rencontre dominée de la tête et des épaules, l’A.S.B. attend la seconde période pour asseoir un peu plus son leadership. Suite à une faute dans le rond central et un ballon rendu aux visiteurs, ces derniers n’assurent pas assez leurs transmissions et Maxime, en farfadet malicieux, profite de l’occasion pour subtiliser le cuir et s’offrir un but cadeau (3-0). C’est alors que l’improbable survient. Contrant un défenseur avec ses baguettes, Mikaël sert Danilo (on apprendra qu’il avait été d’abord tenté par la remettre en arrière vers son gardien) qui score (4-0). L’interiste amateur de maillots de la Juve lors de ses entraînements (« il est tout pété ce maillot, tout moche, c’est fait exprès ») réalise même le doublé quand Jean, sorti des bois comme le font les sangliers quand ils ont faim, trouve Mohamed aka Deach Metal (qui aurait fait, selon la légende, un contrôle zidanesque quelques minutes plus tôt), qui remise pour le barbier italien. Et Gaëtan’s wife marque à nouveau (5-0). Mission completed pour la A. Et Sandro dans tout ça ? Les avis divergent. Certains diront « ça va », d’autres qu’il aura été proprement « inexistant », d’autres encore refuseront de donner leur avis quant à la prestation du milieu bettingeois. Avec son portable et son chaussures rouges, les mêmes que Oui-Oui, il écoute, attentif à la moindre critique, assurant avoir largement fait le job. Et de jurer : « Si tu ne dis rien sur moi (de positif), c’est bon, j’arrête ». Ce que l’on aimerait surtout dire d’avantageux, c’est la prestation qu’aura su livrer cette A dans deux semaines au sortir de sa confrontation avec la S.S.E.P. 2. D’ici-là, avec humilité et sérieux, il y a encore du pain sur la planche.

By Maître Renard

 

[Championnat] 7ème Journée